Twitter - Why it actually matters, to all of us

par   |    |   6 minutes  |  in Créativité & Innovation, IFS Labs

Twitter - Why it actually matters, to all of usJe suis le premier à le reconnaitre et j’étais pourtant loin d’imaginer à quel point Twitter allait être important. J’ai sauté dans le premier wagon lorsque ce nouveau réseau social est apparu, en m’abonnant à Steve Jobs, Al Gore, et à d’autres personnes que je jugeais intéressantes, mais je n’ai absolument pas réalisé alors à quel point Twitter était en passe de devenir LE réseau social de référence.

Mais, attendez deux secondes… Twitter n’est-il pas un simple exercice de vanité pour les experts en technologies ou peut-être pour Ashton Kutcher et Charlie Sheen ?

Non, Twitter, ça n’est pas ça. Ça a peut être débuté comme ça, mais ce réseau social a depuis lors bien évolué.

En Suède, là d’où je viens, Twitter a été considéré pendant longtemps comme une nouvelle lubie à la mode. Tout le monde pensait que ce réseau allait disparaître aussi vite qu’il était apparu. Et c’est assez compréhensible. Le nom lui-même, Twitter, est loufoque et il est encore plus absurde lorsque prononcé à voix haute, en Suédois.

Peu importe la façon dont on mesure l’importance de Twitter, on se rend compte que ce réseau EST puissant. Aujourd’hui, Twitter a un véritable impact sur le fonctionnement de la société en elle-même (je reviendrai sur le sujet un peu plus tard dans cet article) et même si Twitter est amené à perdre en intérêt ou même à disparaître, le phénomène – à savoir une place commune où chacun peut rapidement dire et commenter tout et n’importe quoi – perdurera.

Et alors, pourquoi tant d’effervescence autour de Twitter ?

Comme pour toute chose qui mérite d’être suivie, des nouveaux modèles se dessinent. Des schémas comportementaux, mais aussi un nouveau modèle d’utilisation. C’est grâce à ces modèles qu’il est possible de mieux comprendre pourquoi ce réseau est devenu si puissant.

J’adore les modèles.

Je vis pour les modèles.

Je vois des modèles partout, tout le temps. C’est une façon pour moi de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons.

Dans le cas de Twitter, je perçois les modèles intéressants suivants :

 

Le Modèle de Substitution AFP/Reuter

Si vous suivez la bonne combinaison de personnes, vous remarquerez que vous êtes “touchés” par les actualités beaucoup plus tôt qu’auparavant.

Avant, vous aviez pour habitude de lire le journal le matin pour vous tenir au courant des événements. Ensuite, Internet est apparu et vous aviez alors la chance de prendre connaissance des dernières actualités de votre journal favori à chaque fois que vous aviez une minute. Il vous suffisait d’actualiser la page courante dans votre navigateur, ou d’appuyer sur F5.

Avec Twitter, vous pouvez recevoir des informations en temps réel et juger de l’importance des nouvelles en fonction du nombre de retweets (RT) de l’actualité concernée, et découvrir aussi comment la nouvelle est perçue au sein de votre réseau. Vous pouvez même demander à recevoir des informations push sur tel ou tel dispositif mobile.
De cette façon, vous avez toujours un temps d’avance sur les autres.

Peu importe la manière dont vous abordez Twitter, il s’agit bien là de pouvoir.

 

Le Modèle d’Outil de Sondage Instantané

A l’occasion du dernier débat présidentiel républicain, Fox News a lancé un sondage en ligne où tout le monde pouvait participer, et suivre en temps réel les résultats. Fox News a en effet donné la possibilité aux détenteurs de comptes Twitter de tweeter le hashtag #dodge (= langue de bois) ou #answer (= vraie réponse) en fonction des réponses des candidats aux questions qui leur avaient été posées. Une démocratie instantanée.

Twitter as polling tool

En plus de ce type de sondage organisé sur Twitter, la majorité des émissions de télévision utilisent aujourd’hui des hastags durant leurs émissions pour que l’audience ait plus d’informations sur les personnalités présentes par exemple, ou sur le spectacle.

 

Le Modèle de l’Histoire / Revivre les Grands Moments

Ces dernières années, des abonnés Twitter comme @RealTimeWWII, qui tweete des événements de la seconde Guerre Mondiale “en temps réel” comme si nous étions en 1941, sont apparus. De même, des personnages historiques, comme Chuck Yeager, ont fait leur apparition sur Twitter et publient des informations d’un autre temps, mais comme si nous étions à leur époque, au jour le jour.

Ça vous paraît idiot ? Peut-être, mais ça rend plutôt “accro”.

Être capable de suivre ce qui s’est passé le long de la ligne Maginot en 1939, revivre l’Histoire et découvrir ce que les journaux écrivaient à l’époque est certainement un moyen de mieux comprendre comment et pourquoi les événements se sont déroulés ainsi, et même aujourd’hui.

Dans ce schéma, d’autres abonnés trouvent leur créneau, comme le Président Bartlet (personnage fictif de l’émission West Wing), qui commente par exemple les discours du Président Obama.

 

Le Modèle “Je fais partie du mouvement”

Qu’est ce qui fait que les gens couvrent leur corps de tatouages, s’habillent complètement en noir ou décident d’avoir une crête sur la tête ? La réponse est simple. Cela leur donne l’impression d’appartenir à un groupe, un groupe ayant la même sensibilité qu’eux. Et selon Freud, il s’agit là d’un des deux moteurs principaux dans la vie d’un individu.

Les mêmes règles s’appliquent sur Twitter. Le fait de “traîner” avec vos abonnés, qu’ils soient imaginaires ou réels, est vite devenu une chose d’une importance extrême. la possibilité de communiquer avec Ashton Kutcher ou le Président Obama par exemple  – même si ces derniers ne vous répondront très probablement jamais  – est en quelque sorte une façon pour les gens de définir qui ils sont, leur identité, et de leur donner un sens d’appartenance qu’ils n’ont probablement pas dans la vie réel.

C’est ce que Twitter est devenu.

Tout ça a peut être commencé comme un exercice de vanité de la part de l’élite intellectuelle, soit 0,1% de la population, mais Twitter, de nos jours, c’est bien plus que ça.

Je pense que la plus grande idée préconçue est de dire que pour être sur Twitter, il faut être actif et avoir des choses à dire. Et bien non, ça n’est pas le cas. Pour ma part, j’ai zéro tweet à mon actif, mais le seul fait d’être présent sur ce réseau me permet de rester alerte quant à l’actualité, via mon Iphone, et avant que les médias traditionnels ne relaient l’information.

Et pour moi ça, c’est important.

 

Leave a Reply