par   |    |   6 minutes  |  in Evènements, User Experience

Retour sur la session de Pranav Mistry à la Conférence Mondiale IFS, qui s’est déroulée à Barcelone du 28 au 31 octobre dernier. Cet article a été rédigé par Adam Tinworth, journaliste pour le Reed Business Information.

La vie de Pranav Mistry a débuté dans le monde de l’architecture…dans le monde de de la construction donc, plutôt que dans celui des technologies. Pranav a commencé sa carrière dans les milieux ruraux et citadins, en Inde, et a également été chercheur sur UNIX, avec Microsoft. Titulaire d’une Maitrise en Science (obtenue au MIT Media Lab), il se présente lui-même comme « Desigineer », un néologisme associant les notions de design et d’ingénierie. Une phrase résume son travail :

“Chaque industrie mature cherche une véritable interaction de l’homme avec la machine.”

Aujourd’hui, quand vous allez par exemple acheter une montre dans un magasin, vous ne vous demandez pas à quel point cette montre est précise, alors qu’autrefois, c’était le cas. On a commencé à faire de la publicité sur d’autres aspects que la précision des montres – le fait qu’elles était plus fines, en or, digitales, etc. De nos jours, plus personnes ne fait attention à la précision des montres.

De même, lorsque vous achetiez un ordinateur il y a dix ans , vous vous demandiez “Combien de RAM possède cet ordinateur ? Est-il vraiment rapide ?”. Maintenant, vous vous posez plutôt les questions suivantes : “Est-ce que cet ordinateur est tactile?” ou bien “Existe-t-il en rose?”

Les interfaces magiques

“Toute technologie avancée est magique” – Arthur C Clarke

N’importe quelle technologie était magique il y a 200 ans. Le « medium d’information » n’arrête pas d’évoluer : physique, virtuel, audio ou une combinaison des trois…il est ensuite devenu électronique avant d’être un ordinateur ou un téléphone. La suite ? On pourra très probablement et littéralement porter sur soi l’information.

Nous sommes sur le point de connaître une nouvelle révolution en matière de « medium d’information ». C’est passionnant ! Personne ne sait encore ce à quoi cela va ressembler et c’est ça qui est formidable. On assiste aujourd’hui à un foisonnement d’informations, de données…Notre désir d’aller chercher dans des données est constant. Mais comment percevons-nous les données dans le cloud ?

En 1999, Pranav s’est emparé de deux souris de PC hors-service pour créer un gant qui enregistrait toutes ses actions dans un espace virtuel. Le papier peut-il être l’interface avec le travail virtuel ? Est-il possible de tagger et d’analyser vos notes ? Ainsi, les personnes ne souhaitant pas communiquer par ordinateur peuvent-elles utiliser du papier, sans pour cela être déconnectées du monde virtuel ?

Dans un bon nombre de foyers, on se bat pour avoir la télécommande. Comment peut-on partager la télévision? Et si l’on utilisait des lunettes pour repérer différents signaux et donc différentes chaînes ? Cette idée, c’est maintenant la technologie des téléviseurs 3D. Aujourd’hui, nous utilisons nos mains pour agir et interagir avec nos appareils. Mais qu’en est-il pour demain ? Pourrons-nous utiliser autre chose que nos mains et redonner ainsi du pouvoir à ceux qui ne peuvent pas utiliser leurs mains, justement ?

Toucher le cloud

Depuis le début de sa carrière, Pranav est en quête de solutions visant à intégrer le numérique dans notre environnement quotidien, pour faciliter la vie de tous. En d’autres termes, faire que le monde numérique fasse partie intégrant du monde digital, et inversement. Nous connaissons déjà la réalité virtuelle et les environnements mixtes. Nous avons tous déjà touché des interfaces, et des capteurs cachés à l’intérieur d’objets physiques. Les Smartphones emportent avec eux partout le monde digital. Mais devons-nous restreindre le monde digital à ces écrans ?

Avec son casque de vélo sur lequel est monté un projecteur, Pranav est capable de voir des millions de pixels. Il éprouve alors immédiatement le besoin de les toucher. Il met alors en place un système où il installe des pointes de marqueurs de couleurs différentes au bout de ses doigts afin que la caméra puisse les détecter et lui permettre de “dessiner” sur les murs. N’importe quel mur devient alors une interface potentielle. Elle peut être utilisée pour prendre des photos, projeter les avis clients de tel ou tel livres sur Amazon. En bref, Pranav amène ici l’information dynamique du monde virtuel au sein même du monde physique.

Et si l’on pousse l’idée un peu plus loin, vous pourriez par exemple associer un micro à une feuille de papier et en faire une tablette, contrôlée par le son de vos doigts sur le papier…

Il y a un vrai intérêt commercial dans tout ça. En même temps, la taille du dispositif final utilisé est de plus en plus petite. Ça ressemble presque à une pièce de monnaie maintenant. Les limites de l’homme en termes d’interfaces sont plus importantes que les limites techniques en ce qui concerne les écrans. Un écran trop petit ne convient pas si vous ne pouvez pas l’utiliser. Pour le projecteur, c’est différent, parce qu’il peut être vraiment tout petit et quand même projeter des images de taille différente.

Pranav propose en accès libre le code source de la technologie qu’il a inventée. Un brésilien a même eu l’idée de construire un dispositif permettant de convertir le langage des signes en mots “parlés”, afin de redonner aux sourds et muets un sentiment de maîtrise.

Sans fil, et sans souris…

“Sparsh” est l’un des projets de Pranav basé sur la technologie “sans souris”. Par exemple, Pranav choisit une vidéo Youtube sur son téléphone, touche la vidéo avec son doigt, et la “copie” sur son doigt. Il prend alors une tablette, la touche et la vidéo commence alors…Comment fait-il cela ? En fait, la caméra du téléphone et de la tablette le reconnaissant, elles savent ce que Pranav a enregistré la dernière fois.

La souris a été inventé en 1964, et 50 ans plus tard, elle est toujours là. La question est : peut-on s’en passer ? Là est la genèse de son idée « sans souris ». Il s’agit en fait d’une souris qui n’existe pas réellement mais qui contrôle quand même votre ordinateur, à travers l’action de vos mains. Cette technologie utilise un laser infrarouge et une caméra pour détecter vos mouvements et les traduire en mouvements virtuel à l’écran.

Cette technique basée sur l’utilisation de la caméra ouvre la voie à un bon nombre d’avancées technologiques. Les personnes peuvent annoter les présentations depuis leur propre téléphone. Et en insérant une caméra dans des lunettes, vous pouvez ainsi marcher dans une réalité “augmentée”.

Pranav Mistri a récemment rejoint l’équipe R&D de Samsung, en tant que chef du département Think Tank. La montre Samsung Galaxy Gear est le premier produit qu’il a développé pour la firme. Par exemple, cette montre est 2.5 secondes plus rapide qu’un téléphone pour prendre une photo…

Le monde que nous avons créé est un pur produit de notre imagination et il ne peut évoluer qu’en changeant à nouveau la façon dont nous pensons.
– Albert Einstein.

 

Leave a Reply