par   |    |   5 minutes  |  in IFS Applications, Industries

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) est un vaste concept définissant l’ensemble des initiatives des entreprises pour évaluer les effets de leurs activités sur l’environnement et l’impact sur le bien-être social. Cette évaluation va, généralement, bien au-delà de ce que les réglementations ou lobbys de protection peuvent exiger en la matière. La RSE se réfère à la notion d’entreprise citoyenne, c’est à  dire  l’entreprise qui accorde un haut degré d’importance aux enjeux éthiques, sociaux et environnementaux induits par son activité.

La norme ISO 26000 de 2010 propose les grandes lignes directrices définissant la Responsabilité Sociale. Il ne s’agit pas d’exigences légales mais de conseils pour accompagner les entreprises dans leurs démarches. En revanche, en France, le décret n°2012-557 (24 avril 2012, consolidé le 27 avril 2012) soumet les entreprises à l’obligation de transparence en matières sociale et environnementale. Et depuis 2013, ce sont toutes les entreprises de plus de 500 employés, cotées ou non, qui doivent publier un rapport RSE.

Pour des entreprises industrielles positionnées sur des secteurs d’activité tels que la chimie, l’agro-alimentaire ou encore le pharmaceutique, prendre en compte les enjeux RSE est primordial et va au-delà de l’aspect obligatoire légal.

Défis et opportunités d’une stratégie de RSE

Le plus grand impact de la prise en compte de la RSE est très probablement dans l’industrie chimique, au sein de laquelle les matières premières tout comme les processus de production, la consommation d’énergie ou la gestion du recyclage sont potentiellement sources de pollution et, dans certains cas, nocifs pour la santé. Par exemple, l’entreprise chimique française Arkema, implantée mondialement, a, dès sa création, mis en place une politique très forte en matière de RSE. Gérard Langlais, Directeur du Développement Durable du Groupe a ainsi déclaré AA028130n 2013 : « Notre ambition a toujours été d’accroître l’activité et la performance de notre groupe, tout en contribuant au développement durable ». Et pour contribuer au développement durable, Arkema se concentre sur 5 axes majeurs dont la sécurité industrielle et l’amélioration des procédés de production pour réduire son empreinte environnementale.

Dans l’agro-alimentaire, les enjeux sont différents : les consommateurs s’intéressent davantage à l’origine et à la fabrication des produits alimentaires. En outre, particulièrement dans cette filière, un rappel de lots en raison d’un problème bactériologique peut être catastrophique pour l’image de la marque. Le groupe Nestlé, par exemple, soumet en ce sens ses fournisseurs au respect d’un code de conduite et de bonnes pratiques, afin de s’assurer de la qualité des composants ou ingrédients qu’il utilise pour la fabrication de ses produits.

D’une manière plus générale, instaurer une stratégie RSE permet à l’entreprise de :

  • Mesurer et analyser l’impact environnemental du cycle de production et de la supply chain ;
  • Analyser le cycle de vie du produit ;
  • Favoriser la transparence de l’entreprise ;
  • Se conformer à la législation et anticiper les nouvelles normes ;
    Améliorer son image de marque ;
  • Atténuer les risques ;
  • Améliorer ses résultats financiers.

Ces arguments sont d’autant plus fondés qu’une stratégie RSE correctement menée représente un réel levier pour l’assurabilité, la gestion des risques, le financement et la différenciation de l’entreprise sur son marché. Il ne s’agit donc pas là d’une contrainte, mais d’une chance pour l’entreprise de croître davantage. Fleur Pellerin, dans la préface du livre « Entreprises performantes et responsables, c’est possible ! » paru à la rentrée 2014 aux éditions AFNOR, a d’ailleurs écrit que « la prise en compte des attentes sociales et environnementales ne s’oppose pas à la création de valeur ajoutée qui demeure évidemment l’objectif de toute entreprise ».  Enfin, en matière de communication, les politiques RSE intéressent beaucoup les médias qui publient régulièrement des classements, articles ou reportages sur les entreprises actives en la matière.

Une solution de gestion pour soutenir les efforts en matière de RSE

Aujourd’hui, il existe de plus en plus de solutions permettant à l’entreprise de suivre et gérer au quotidien ses actions, d’établir des tableaux de bords, des rapports et ainsi prendre des décisions en adéquation avec sa stratégie.

Ces rapports, mettant en exergue les valeurs sociales et environnementales de l’entreprise, ont l’intérêt de pouvoir être présentés à ses différents publics : conseil d’administration, investisseurs, partenaires, clients, journalistes et  salariés.

Pour disposer de ces outils, l’entreprise doit s’assurer que la totalité de ses données métier sont correctes et qu’il n’y ait pas d’anomalie au niveau de ses données dans son système d’information.

RSE
En termes de coûts et d’ergonomie, se doter d’une unique solution de gestion complète est plus avantageux pour elle. Une solution de gestion est en effet développée à partir de technologies de Business Intelligence, Master Data Management et Data Quality Management (gestion des données et gestion de la qualité des données). Elle intègre également des modules pour le calcul de l’empreinte écologique (émission de carbone) des produits et actions des collaborateurs ou encore d’autres basés sur des réglementations dont la norme ISO 26000. Transversale, la solution de gestion tire parti des données de chaque métier de l’entreprise afin d’établir automatiquement des tableaux de suivi et rapports RSE et cela, sans que les utilisateurs ne s’en aperçoivent et sans avoir besoin de recourir à différents logiciels pour remonter les données.

Leave a Reply